Paraphysique du totalitarisme

Author: 
Patrice Faubert
Locality: 

Le totalitarisme manifeste
N'est pas forcément une formation nazie
Au début six personnes, et feu ( 1889 - 1945 ) Adolf Hitler, à sa tête
Mais de tout un peuple
Une conception de la vie
Non pas un Hitler
Mais des millions de Hitler
Le totalitarisme manifeste
N'est pas seulement feu ( 1878 - 1953 ) Joseph Staline
Mais de tout un peuple, une conception de la vie
Non pas un Staline
Mais des millions de Staline
D'une complicité l'autre
D'un aveuglement l'autre
Non pas une seule personne, c'est ridicule
Mais un conditionnement universel, têtu comme une mule !
L'éducation
A quelque chose près, est toujours la même
Et le fascisme sans cesse sème
Il est depuis toujours au pouvoir
Avec des masques différents
Et sait s'y prendre pour émouvoir
Tous les courants politiques
S'abreuvent à sa source
Comme une belle rousse
S'offrant à l'homme à fric
La même iridescence
D'une seule et même licence
Et puis
Tu te prends au sérieux
Je me prends au sérieux
Ils et elles se prennent au sérieux
Et le monde est véreux
Et le monde est terriblement ennuyeux !
Le totalitarisme subtil
Est sur tous les visages des filles
Qui se donnent au plus offrant
Au plus idiot, au plus violent
Et cela fait des enfants !
Les journaux que nous lisons
Sont nos programmations
La télévision que nous écoutons
Est notre programmation
Et nous répétons, répétons, répétons
Toutes les sources de nos informations
Qui ne font pourtant qu'une
De la domination et de ses tribunes
Quelquefois, des documentaires réalistes
Qui passent pour catastrophistes
Mais la majorité soumise ne les regarde jamais
Elle veut du sport, des paillettes, non mais !
Et puis, cette muette majorité
De l'extrême gauche du capital
A l'extrême droite du capital
Au totalitarisme subtil, est sa liberté
Ils et elles sont des millions de milliers
Et forcément nous en fréquentons
Parmi toutes nos fréquentations
Les copains, la famille, le travail, les loisirs, les transports
Ou rester chez soi, et ne sortir jamais dehors !
Donc, il nous faut nous déguiser
Pour ne pas se faire lyncher !
De temps à autre, faire passer quelques idées
Une résistance permanente à tous les clichés
Car depuis plusieurs milliers d'années
Le monde est fasciste
Car depuis plusieurs milliers d'années
Le monde est nazi
Certes, les appellations changent
Certes, les étiquettes se mangent
Mais c'est toujours pareil
Pour nos vies, le même soleil
Même si toute généralisation n'est pas une terreur
Quand la généralisation n'est pas une erreur
Comme au Nigeria
Champagne pour les bourgeoisies du capital
Et pour 63 pour cent des autres, c'est que dalle !
Dans tous les pays, c'est comme cela
En plus ou moins voyant
En plus ou moins dément
C'est le manifeste qui fait son marché
C'est le subtil avec un peu de liberté
Depuis le patriarcat c'est comme cela
C'est le droit d'héritage que voilà !
Seule l'arithmétique change
Les mêmes crottes, dans les langes
Hier, aujourd'hui, demain
C'est absolument sans fin
Ou tout fiche par terre, au moins
Presque tout est à jeter, c'est pas rien !
C'est comme en France, au Panthéon
Des risibles panthéonisations, le théâtre des bourgeoisies
Où sont les élus de chaque tyrannie
Virés ou remplacés selon les récupérations
Des éloges de la falsification
Des éloges de la cocufication
C'est le monde des désaffectés
C'est le monde des déshumanisés
Sans plus aucune émotion
Sans plus aucune sensation
C'est le premier qui tire
Pour cela, pas besoin de s'instruire
Le capitalisme est sans vie
C'est un monde mort
Où chacun et chacune, à l'autre fait du tort
La vie est seulement dans l'anarchie
Le capitalisme est une boule de feu
Le capitalisme est une boule de glace
Personne n'y trouve sa place
Fous et folles à la queue leu-leu
Femmes aux ventres remplis
Et aux crânes vides
Par des hommes aux regards livides
Que leurs sexes chient !
La vie de l'argent
Régit la vie des gens
Et invalide toutes les vies
L'argent est totalitaire
Et fait absolument tout faire
Louer le corps des femmes
Acheter toutes les âmes
L'argent est totalitaire
Et la conscience le fait taire
Le spectacle du secret
Est le secret du spectacle
Comme déjà sous feu ( 1638 - 1715 ) Louis le quatorzième
Qui s'affichait pour mieux se dissimuler
C'est du prestidigitateur toujours le thème
Et me comprendre à celui qui saura me décoder !
La politique est toujours de droite
C'est l'arme chimique du médiatique
Sa pensée est étroite, elle détruit
L'arme chimique est son produit !
Comme au Sénégal et son faire-part
Il faut des Y'en a marre
Mais à tous les niveaux
Contre tous les gouvernements et leurs grands airs
Contre toutes les vedettes spectaculaires
Contre tout ce qui fiche la vie en l'air !
Toutes leurs représentantes
Tous leurs représentants
Toutes leurs militantes et leurs militants
Y'en a marre
De tous les faux Y'en a marre
Toute la société
Spectaculaire marchande techno-industrielle, est prostituée
Toutes nos relations sont prostituées
Et pas seulement par la sexualité !
Pour s'élever dans une hiérarchie
Des cuisses s'ouvrent, sortent des vits
Et toutes sortes d'autres parodies
Ce qui est tout, sauf la vie !
Il n'y a plus que la vie artificielle
Il n'y a plus aucune vie réelle
C'est la droite française, qui ose le dire, est salaud
Qui est à l'origine de l'immigration
Avec par exemple ( né en 1926 ) Valéry Giscard d'Estaing
Du regroupement familial, des futurs fascistes islamistes, c'est le destin
Chaque pays a ses fascistes locaux
Qui accueille d'autres pays, des fascistes internationaux
Ceux-là, nous voulons bien les mettre dehors
Nous avons déjà nos propres fascistes qui nous font la mort
Et le fascisme fait monter le fascisme
Qu'il soit arabe, français, ou autre fascisme
Il faut être bête
Comme un gauchiste
Pour ne pas voir qu'un fasciste arabe
Est toujours un fasciste, et c'est la barbe !
Il faut être bête comme un gauchiste
Pour ne pas comprendre qu'un nazi étranger
Est toujours un nazi, pour nous faire chier !
Pas étonnant que toutes les droites
Veuillent les cajoler, d'une façon coite
Au fascisme, d'être des internationalistes !
Ce qu'on se disait avec Gérard Despeghel dit Gégé
A Tonnerre, mon voisin du rez-de-chaussée
C'est le triomphe de la bêtise
Où nos têtes rançonnées, sont mises
C'est le règne de la confusion organisée
C'est le règne du tout mélangé
Qui est qui ?
Qui est quoi ?
Tout devient n'importe quoi !
Il faut être
Aussi bien contre le fascisme
Contre le gauchisme
Contre le stalinisme
Contre l'islamisme
Contre le nazisme
En somme, tous les capitalismes
Contre les idéologies
Contre les religions
Et toutes ses représentations aliénistes
Ce sont des pollutions de l'esprit
Qui empêchent toute vie
Ce sont des aberrations de l'esprit
Qui assassinent toute vie
C'est ailleurs qu'est l'infini
Cela n'est pas de l'islamophobie
Car à toutes les horreurs, il faut avoir la phobie !

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

manifest totalitarianism
Is not necessarily a Nazi formation
At the beginning six people, and the late (1889 - 1945) Adolf Hitler, at its head
But of a whole people
A conception of life
Not a Hitler
But millions of Hitlers
manifest totalitarianism
Is not only fire ( 1878 - 1953 ) Joseph Stalin
But of a whole people, a conception of life
Not a Stalin
But millions of Stalin
From one complicity to another
From one blindness to another
Not a single person, it's ridiculous
But a universal conditioning, stubborn as a mule!
education
With something close, is always the same
And fascism constantly sows
He has always been in power
With different masks
And knows how to move
All political currents
Drink from its source
Like a beautiful redhead
Offering herself to the moneyed man
The same iridescence
From a single license
And then
You take yourself seriously
I take myself seriously
They take themselves seriously
And the world is crooked
And the world is terribly boring!
subtle totalitarianism
Is on every girl's face
Who give themselves to the highest bidder
To the most idiotic, to the most violent
And that makes children!
The newspapers we read
Are our programs
The television we watch
is our programming
And we repeat, repeat, repeat
All sources of our information
Which are nevertheless only one
Of domination and its stands
Sometimes realistic documentaries
Who pass for catastrophists
But the submissive majority never look at them
She wants sport, glitter, no but!
And then, this mute majority
From the extreme left of capital
On the far right of capital
To subtle totalitarianism, is its freedom
They and they are millions of thousands
And of course we frequent
Among all our associates
Friends, family, work, leisure, transport
Or stay at home, and never go outside!
So we have to dress up
So as not to be lynched!
From time to time, pass on some ideas
Permanent resistance to all clichés
Because for thousands of years
The world is fascist
Because for thousands of years
The world is Nazi
Of course, the names change.
Admittedly, labels are eaten
But it's always the same
For our lives, the same sun
Even if not all generalizations are a terror
When generalization is not a mistake
Like in Nigeria
Champagne for the bourgeoisies of capital
And for 63 percent of the others, it's just shit!
In all countries, it's like that
More or less seeing
More or less insane
It's the manifesto that makes its market
It's the subtle with a bit of freedom
Since the patriarchy it's like that
This is the right of inheritance!
Only the arithmetic changes
The same droppings, in nappies
Yesterday Today Tomorrow
It's absolutely endless
Or put everything on the ground, at least
Almost everything is to be thrown away, it's not nothing!
It's like in France, at the Pantheon
Ridiculous pantheonizations, the theater of the bourgeoisies
Where are the elect of each tyranny
Fired or replaced according to recoveries
Praises of falsification
Praises of cuckolding
It's the world of the disaffected
It's the world of the dehumanized
Without any more emotion
Without any feeling
He's the first to shoot
You don't need to learn for that.
Capitalism is lifeless
It's a dead world
Where each and everyone, to the other is wrong
Life is only in anarchy
Capitalism is a ball of fire
Capitalism is a scoop of ice cream
No one finds their place
Crazy men and women in single file
women with full bellies
And with empty skulls
By men with livid eyes
That their sexes shit!
The life of money
Govern people's lives
And invalidates all lives
Money is totalitarian
And do absolutely everything
Praise women's bodies
Buy all souls
Money is totalitarian
And conscience silences him
The Secret Show
Is the secret of the show
As already under fire (1638 - 1715) Louis the fourteenth
Who showed up to hide better
It's the magician always the theme
And understand me to the one who will be able to decode me!
Politics is always right wing
It's the chemical weapon of the media
Her thought is narrow, she destroys
The chemical weapon is his product!
As in Senegal and its announcement
We need people, we're fed up
But at all levels
Against all the governments and their grand airs
Against all the spectacular stars
Against everything that ruins life!
All their representatives
All their representatives
All their activists
I'm fed up
Of all the fakes, we're fed up
The whole society
Spectacular techno-industrial merchant, is a prostitute
All of our relationships are prostitutes
And not only by sexuality!
To rise in a hierarchy
Thighs open, pricks come out
And all sorts of other parodies
Which is everything but life!
There's only artificial life left
There's no real life anymore
It's the French right, who dares to say it, is a bastard
Who is behind the immigration
With for example (born in 1926) Valéry Giscard d'Estaing
Family reunification, future Islamist fascists, it's fate
Every country has its local fascists
Who welcomes other countries, international fascists
These, we want to put them out
We already have our own fascists killing us
And fascism raises fascism
Whether Arab, French, or other fascism
You must be stupid
like a leftist
To not see an Arab fascist
Is still a fascist, and that's the beard!
You have to be stupid like a leftist
To not understand that a foreign Nazi
Is still a Nazi, to piss us off!
No wonder all the straight
Please cuddle them, in a quiet way
To fascism, to be internationalists!
What we said to each other with Gérard Despeghel dit Gégé
To Tonnerre, my downstairs neighbor
It's the triumph of stupidity
Where our ransomed heads are laid
It's the reign of organized confusion
It's the reign of all mixed up
Who is who ?
Who is what?
Everything becomes anything!
Must be
Both against fascism
against leftism
Against Stalinism
Against Islamism
Against Nazism
In short, all capitalisms
Against ideologies
against religions
And all its alien representations
They are pollutions of the mind
which prevent all life
They are aberrations of the mind
Who murder all life
It's elsewhere that infinity is
This is not Islamophobia
Because to all the horrors, you have to have the phobia!

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysician ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat says the guest on ( http://www.hiway-glk.fr/ )

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
To prevent automated spam submissions leave this field empty.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.