Un monde qui veut en découdre

Author: 
Patrice Faubert
Locality: 

356 millions d'enfants
De la très grande pauvreté, et la vivant
Le monde est un ignoble personnage
Moins de 1,70 euro par jour
La faim, les guerres, tout y est du carnage
Comme dans les camps nazis de la mort
Où les kapos cognaient le plus fort
Le monde n'a pas changé
Toujours coincé dans son passé
Il y faut sauver sa peau
Et là, pas de vrai, que du faux
Si peu d'altruisme, ou de solidarité
Mais sans cela, tout aurait, déjà, été exterminé
Tout y est comme du sable
Qui tôt ou tard redevient du sable
Pillant, pour se faire, mers, océans, des plages
Avec donc de moins en moins de plages
Cela fait songer au film
" La beauté du diable " ( 1950 ) de René Clair
Avec Michel Simon, Gérard Philipe, tout s'y éclaire
Quand bâtiments et autres, tout sera, un jour, de la poussière
Car milliards et milliards de tonnes d'extraction
Tant et tant de plages et mêmes rivières
Quartz, le calcaire, comme des grains de sable
Hélas, le sable du désert, est trop rond et fin !
Toutes nos constructions de sable
Il faudrait de la paille et de la sciure de bois
Mais le monde des ultrariches
Pour crapotiser la planète, toujours chiche
Permanente résurgence de la réalité fragmentée
Le fragmenté de la réalité est toujours erreur
Et c'est ce qui fait tout gouvernement, toute terreur
La réalité ou le très peu que nous mémorisons
La réalité ou le très peu que nous comprenons
Des repères, des dates, certes, nous avons
Ainsi, de l'ancêtre commun de tous les bovidés
Il y a environ dix-huit millions d'années
Du zébu, du buffle, du boeuf, Eotragus via l'auroch
Des datations moins solides que le roc
Ni pessimisme, ni optimisme, mais sans déroger
Comme au Congo, toutes les atrocités
L'on y mitraille, l'on y viole
L'on s'y découpe en morceaux
Et par les chiens, les corps y sont mangés
Tout y est tué, les civils surtout, au tout mutilé
Mercenaires contre des armées
Noirs contre noirs, tous contre tous, toutes contre toutes
Les militaires y sont les rois de la débilité
De la guerre civile toujours se recommençant
Voilà, demain, ce que le monde attend
L'on sent que le monde veut en découdre
Sauf d'avoir le même grain à moudre
Seuls les gens armés y pourront s'absoudre !
Et mercenaires, policiers, militaires
Finiront eux-mêmes par s'entretuer
Le Congo laboratoire en étant une répétition déjà jouée
L'espèce humaine s'étripera jusqu'au dernier
Les civils devenant des cibles pour s'entraîner
Mais sous d'autres formes souvent, déjà, pratiquées
Octobre 2021, rapport de la Ciase
Nombre de victimes au sein de l'Eglise catholique
Pour l'institution de France, à devenir du colérique
Au minimum, 330.000 depuis les années 1950
Enfants masculins ou enfants féminins
De la fellation, de l'anus, du vagin
Vendée, Bretagne, et autres régions françaises
Ici, aucune cabale phonétique
Ni de la volition de l'intrusif cadavérique
Comme si, sur Terre, il y avait plusieurs planètes
Une pour les riches, une pour les pauvres, et pour les malhonnêtes
Une pour les ceci ou pour les cela, et quelques honnêtes
Avec peut-être un jour, des traducteurs et traductrices, d'oiseaux
De lapins, de poules, de rats, d'éléphants,
Animaux non-humains que nous massacrons
Et dans leur langage reviendrait le mot salaud
Tant que tu ne reçois pas de bombes sur la gueule
Pourtant, pas si loin de chez toi, elles s'y dégueulent
Et quand cela va t'arriver, là, elles rigolent
Toutes les ordures et les pourritures nous isolant !
Mais tout semble si vain
Comme l'Eglise catholique et tout son vilain
Indemnités dérisoires quand on ose dénoncer
Tout s'achetant, et silence, pour que tout puisse continuer
De l'Eglise catholique et de son impunité
Mais pas qu'elle, tout est comme cela, et va empirer !

Patrice Faubert ( 2024 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

356 million children
Of very great poverty, and living it
The world is a vile character
Less than 1.70 euros per day
Hunger, wars, everything is carnage
Like in the Nazi death camps
Where the kapos hit the hardest
The world has not changed
Still stuck in his past
You have to save your skin
And there, no truth, only falsehood
So little altruism, or solidarity
But without that, everything would have already been exterminated
Everything is like sand
Which sooner or later becomes sand again
Looting, to do so, seas, oceans, beaches
With fewer and fewer beaches
It reminds me of the film
“The Beauty of the Devil” (1950) by René Clair
With Michel Simon, Gérard Philipe, everything is clarified
When buildings and others, everything will, one day, be dust
Because billions and billions of tons of extraction
So many beaches and same rivers
Quartz, limestone, like grains of sand
Alas, the desert sand is too round and fine!
All our sand constructions
You would need straw and sawdust
But the world of the ultra-rich
To spoil the planet, always poor
Permanent resurgence of fragmented reality
The fragmented reality is always error
And this is what makes all government, all terror
Reality or the very little we remember
Reality or the very little we understand
Benchmarks, dates, of course, we have
Thus, from the common ancestor of all bovids
About eighteen million years ago
Zebu, buffalo, ox, Eotragus via auroch
Dating less solid than rock
Neither pessimism nor optimism, but without deviating
As in the Congo, all the atrocities
We machine-gun there, we rape there
We cut ourselves into pieces
And by the dogs, the bodies are eaten there
Everything is killed there, civilians especially, all mutilated
Mercenaries against armies
Black against black, all against all, all against all
The soldiers are the kings of stupidity
Of the civil war always starting again
This is, tomorrow, what the world is waiting for
We feel that the world wants to fight
Except having the same grain to grind
Only armed people will be able to absolve themselves!
And mercenaries, police, soldiers
Will end up killing each other
The Congo laboratory being a rehearsal already performed
The human species will gut itself to the last
Civilians becoming targets for training
But in other forms, often already practiced
October 2021, Ciase report
Number of victims within the Catholic Church
For the institution of France, to become angry
At least 330,000 since the 1950s
Male children or female children
Blowjob, anus, vagina
Vendée, Brittany, and other French regions
No phonetic cabal here
Nor from the volition of the cadaverous intruder
As if there were several planets on Earth
One for the rich, one for the poor, and one for the dishonest
One for this or that, and a few honest ones
With perhaps one day, translators, birds
Rabbits, chickens, rats, elephants,
Non-human animals we slaughter
And in their language the word bastard would return
As long as you don't get bombs in your face
However, not so far from your home, they vomit there
And when it happens to you, they laugh
All the garbage and rot isolating us!
But everything seems so in vain
Like the Catholic Church and all its villainy
Paltry compensation when we dare to denounce
Everything bought, and silence, so that everything can continue
Of the Catholic Church and its impunity
But not just her, everything is like that, and will get worse!

Patrice Faubert (2024) puète, peuète, pouète, paraphysicien (http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat says the guest on (http://www.hiway-glk.fr/)

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Lines and paragraphs break automatically.
To prevent automated spam submissions leave this field empty.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.